Logo

See Your Message Here

If you are interested in seeing your organization's message on ClimateWire, please contact us at:

1.416.972.7401
mleung@ecostrategy.ca
Ontario, Canada

Want More Depth?

If you're looking for more info on this story, we'd be happy to set you up with someone to speak to about why this story is relevant to your audience.

Interview Opportunity

Looking to add more depth? We can schedule an interview for you with the people mentioned here. Call:
416.972.7404
Or email: mleung@ecostrategy.ca

For More Information

If you'd like any more details about this news, or would like to get the inside scoop on upcoming, similar news, send us an email: distribution@ClimateWire.ca

Advertisements

L’Ontario doit améliorer ses parcs et en créer de nouveaux

Tuesday, November 3rd 2015 10:28:48am

Queen’s Park, le 3 novembre 2015 - La commissaire à l’environnement intérimaire de l’Ontario, Ellen Schwartzel, fait appel au gouvernement provincial pour qu’il renforce la protection des terres environnementales fragiles.

Dans son rapport annuel publié aujourd’hui, Chaque détail compte, madame Schwartzel souligne que bien des années ont passé depuis la dernière fois où le gouvernement de l’Ontario a dépensé une bonne somme d’argent pour faire l’acquisition de nouvelles terres protégées. En fait, au cours des cinq dernières années, le budget annuel du gouvernement pour l’acquisition de terres est passé de 5,1 millions de dollars à seulement 1000 $ pour l’ensemble de la province.

« Le manque de fonds dédiés rend pratiquement impossible la protection de nouvelles parcelles de terre sensibles sur le plan écologique, particulièrement dans le Sud de l’Ontario, où les parcs provinciaux ne couvrent qu’environ 1 % du territoire, dit madame Schwartzel. La situation est critique, puisque le Sud de l’Ontario compte plus d’espèces en péril que partout ailleurs au Canada. »

La commissaire à l’environnement affirme qu’à moins d’une action rapide de la part du gouvernement de l’Ontario, la province n’atteindra pas la cible fixée à la Convention sur la diversité biologique de l’Organisation des Nations Unies pour protéger 17 % du territoire d’ici 2020. « En ce moment, la superficie des parcs provinciaux et des réserves de conservation ne couvre que 10,2 % de l’Ontario. »

Madame Schwartzel dit que le ministère des Richesses naturelles et des Forêts a également la responsabilité de remettre en état les parcs provinciaux actuels lorsqu’ils se détériorent.

« Peu de parcs provinciaux sont intacts, dit la commissaire à l’environnement. De nombreux parcs portent les marques d’utilisations passées et ils continuent d’être assaillis par des activités à l’intérieur comme à l’extérieur du parc. » En effet, de nombreux parcs provinciaux sont exposés à de graves problèmes d’espèces envahissantes. Ces dernières délogent les plantes indigènes et elles ont des répercussions néfastes sur l’intégrité écologique du parc.

La commissaire à l’environnement recommande que le gouvernement établisse un fonds consacré aux projets de rétablissement écologique pour les parcs provinciaux de l’Ontario. « Les problèmes liés aux parcs sont en grande partie ignorés par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts. »

-  30 -


La revue des programmes d’acquisition d’immobilisations et de planification des parcs provinciaux de l’Ontario de la commissaire à l’environnement se trouve dans les parties 4.2 et 4.4 du rapport Chaque détail compte. Téléchargez le rapport à l’adresse suivante : eco.on.ca.

Renseignements :  
Hayley Easto, coordonnatrice, Communications et Relations externes
Commissaire à l’environnement de l’Ontario
416 325-3371 / 416 819-1673
1-800-701-6454
hayley.easto@eco.on.ca

Also available in English.

Le commissaire à l’environnement de l’Ontario agit comme agent de garde environnemental et indépendant pour la province. Il est nommé par l'Assemblée législative de l'Ontario, il veille au respect de la Charte des droits environnementaux de 1993 et il fait rapport sur le sujet. Il favorise d'une part la réussite du gouvernement pour réduire les émissions de GES et d'autre part l'atteinte d'une économie d'énergie accrue en Ontario.